arômes du vin

Savez-vous d’où proviennent les arômes du vin ?

Les arômes du vin  sont nombreux et complexes. Tous les vins sont différents et chaque bouteille à « une carte d’identité » aromatique unique. Pour vous aider à comprendre les différents goûts que vous pouvez retrouver dans vos vins préférés, voici les trois grandes familles d’aromatique qui composent un vin.

L’origine des arômes du vin : les arômes primaires

Les arômes primaires, appelés aussi variétaux, sont liés principalement à leurs terres d’origines, ou à leur cépage.  Ces arômes primaires se distinguent en deux catégories : les libres de rang et les précurseurs d’arômes.

La pulpe du raisin se compose de matières organiques dont une partie est aromatique. Quand l’arôme primaire est dit précurseur d’arômes, c’est le cas pour le sauvignon, le gamay ou le pinot noir, cela signifie que ce sont les étapes de transformation (vinification, vieillissement…) qui donnent au raisin un goût prononcé. Alors que pour le muscat ou le gewurztraminer, le raisin est déjà pourvu d’arômes libres de rang et de précurseurs d’arômes.

Les arômes secondaires du vin

Ces goûts apparaissent lors de la transformation du raisin en vin par action des levures et des bactéries lors de la vinification. Les principaux arômes créés par la fermentation sont lactés et beurrés en revanche les goûts citronnés auront tendance à s’éteindre.

Évidemment de nombreux autres goûts peuvent apparaître durant la vinification en fonction des arômes primaires du raisin mais aussi du type de levure utilisée ou de la température de la fermentation.

Les arômes tertiaires du vin

Les arômes tertiaires du vin se développent lors de son élevage et de son vieillissement. Le contact du raisin avec les fûts de chêne dans une opération nommée poétiquement « bousinage », produira principalement des arômes de vanille, de clou de girofle ou de pain grillé. Nous n’avons pu résister au plaisir de vous en livrer leurs noms scientifiques :  la vanilline, l’eugénol et bien sûr le gaïacol. Ces goûts seront plus ou moins prononcés en fonction du type de bois utilisé pour le vieillissement.

Enfin ces arômes pourront aussi changés lors de l’étape de la chauffe du vin : un vin aux arômes tertiaires à la base de vanille peut développer après une chauffe plus intense un nouveau goût d’amande.

Voici quelques clés pour mieux comprendre les arômes de vos vins, en revanche bien sûr, nous n’avons pas la prétention d’avoir listé toutes les étapes inhérentes à sa création. Car la magie du vin se situe bien là, chaque producteur à sa potion magique qu’il se doit de garder… Nous ne pourrons donc pas vous en dire plus !

Connaissez-vous d’autres arômes ? N’hésitez pas à nous en faire part en commentaire !

Articles sur le même sujet